Vie Pratique

Découvrir l’Ouzbékistan à travers 3 parmi les villes emblématiques du pays

Ancien pays de l’URSS, l’Ouzbékistan attire par sa nature mystérieuse et controversée. Sa géographie aride, parsemée de villes-oasis conserve une certaine authenticité qui appelle à la nostalgie. Visiter ce pays qui semble figer dans le temps permet aux touristes de plonger en douceur dans un passé pas si lointain. Voici Ouzbékistan en 3 étapes.

Arpenter Boukhara et se prendre de la couleur plein les yeux 

Cette ville se distingue par une multitude de mosquées, de mausolées et de médersas. Cette cité garde les stigmates de son occupation ancienne par Alexandre le Grand, puis par les musulmans. Durant l’invasion par les Samanides, elle se développe considérablement. Elle compte une centaine de monuments inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. La structure symbolique est le Tchor Minor. Il s’agit d’une médersa surmontée de quatre petits minarets. Le plus imposant monument est incontestablement la citadelle Ark. Ces énormes murs de 16 à 20 m furent érigés pour assurer la défense de la ville. Aujourd’hui, il n’en subsiste qu’une partie, mais qui reste impressionnante. La mosquée du Poi Kalyan est un ensemble constitué d’un minaret, d’une mosquée et d’une médersa. Le minaret Kalan est le symbole de la ville. En matière de mausolées, il y a celui des Samanides.

Samarcande : un ancien lieu de prière, un présent centre de l’histoire 

Rien que son nom évoque des images de ville mystérieuse et exotique. Samarcande remplit à merveille les attentes de ceux qui partent en quête d’aventure. Pour en avoir plein les yeux dès le premier abord, rien ne vaut un détour vers la place Régistan. Haut lieu de connaissances, elle rassemble trois universités coraniques. Ces trois madrasas constituent la principale attraction de la place. Autrefois, chaque recoin de celui d’Oulough Bek servait à la prière ou à des réflexions religieuses. De nos jours, et à cause de l’envahisseur soviétique, le tourisme y a plus de place. Les touristes qui visitent l’Ouzbékistan avec marco vasco auront le loisir d’admirer tous les détails des constructions. La Shir-Dor reste le plus célèbre des trois monuments. La madrasa de Tilla-Kari représente la plus la structure classique des universités d’antan. D’autres beautés architecturales peuplent la cité. Par exemple, le mausolée Gour-Emir, la nécropole Chah-i-Zinda, etc.

Pénétrer par les grandes portes dans la majestueuse et riche Khiva

Contrairement à ses congénères, cette ville n’a pas trop souffert des diverses invasions. La vue aérienne laisse apparaître un paysage de terres séchées parsemées de touches de couleurs. L’extérieur de la ville est déjà fascinant. Les murailles de briques crues et de terres séchées encadrent élégamment la cité. Les portes Est ou Parvan Darvoza et Sud ou Tach Darvoza sont des exemples de complexité architecturale. Fait intéressant : cette métropole possédait un système d’irrigation très élaboré déjà en 2000 av. J.-C. Le mausolée Pakhlavan Makhmud date de 1325. Certes, ce n’est pas très gai d’aller visiter des tombes, mais les structures mêmes des caveaux valent l’effort. Partir en Ouzbékistan avec marco vasco permet de voir bien d’autres monuments. Le palais Tosh Hovli en met plein la vue par ses 150 pièces et cours. C’est le plus préservé de tous les palais de Khiva. 

 

 

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide